L’apprenti assassin (Robin Hobb)

 

Roman d’héroïc fantasy, L’apprenti assassin aura de quoi satisfaire les lecteurs désireux d’aventures romanesques à rebondissements. Que le genre auquel il se rattache n’effraie pas le non connaisseur, sa lecture est d’une grande facilité. L’auteur, une romancière américaine, use de techniques de narration éprouvées, proche en cela d’écrivains comme Alexandre Dumas qui savait tenir en haleine son lecteur par des personnages séduisants et les situations rocambolesques qu’il leur faisait vivre.
Dans ce premier tome d’une très longue saga de treize volumes, mais qui peut tout à fait se lire indépendamment de sa suite, on a le récit d’apprentissage de Fitz, enfant bâtard d’une lignée royale, qui va devoir se faire une place dans sa famille et dans la société et forger ses premières armes dans les intrigues de cour. Aidé par des compagnons humains et animaux, le jeune héros, finalement plus mâture que son jeune âge ne le laissait envisager, montrera de réels talents d’adaptation aux situations complexes et de résolution de conflits politiques.

 


Voilà où nous en étions au coeur de l’été: Umbre absorbé dans ses tablettes, Vérité assis à sa fenêtre, Royal occupé à courtiser une princesse au nom de son frère, et moi à tuer discrètement pour mon roi. Les ducs de l’intérieur et ceux des côtes s’opposaient autour des tables de conseil, feulaient et se crachaient à la figure comme des chats autour d’un poisson. Et au-dessus de la mêlée, Subtil, telle une araignée, tenait les fils de sa toile bien tendus, attentif à la moindre vibration de l’un ou de l’autre. Les Pirates nous harcelaient comme des poissons-rats une pièce de viande au bout d’un hameçon, nous arrachant des lambeaux de notre peuple pour les forgiser. Et les forgisés à leur tour devenaient un tourment pour notre terre, mendiants, prédateurs ou charges pour les familles. Les gens redoutaient de pêcher, de commercer ou de labourer dans les plaines alluviales du bord de mer; pourtant il fallait augmenter les impôts pour nourrir les soldats et les guetteurs, bien qu’ils parussent incapables de défendre le pays malgré leur nombre sans cesse croissant. À contre-coeur, Subtil m’avait libéré de mon service auprès de Vérité. Il y avait plus d’un mois que le roi ne m’avait pas fait venir chez lui lorsqu’il me fit soudain convoquer un matin.
«Le moment est mal choisi pour me marier», disait Vérité. Je regardai le teint plombé de l’homme décharné qui partageait la table du petit déjeuner du roi, en me demandant s’il s’agissait bien du prince vigoureux et enjoué de mon enfance. Que son état avait donc empiré en l’espace d’un mois !
(p 393)

 

Avec cette société aux apparences médiévales, Robin Hobb élabore un univers très proche du nôtre, organisé autour de dominants, preneurs de décisions, qui s’appuient sur des exécuteurs, petit peuple d’humbles aux ordres. Les jeux de pouvoir, les malversations de cour, les tourments des âmes en proie aux doutes et aux remords, rien ne nous est épargné dans ce roman de formation captivant, bien qu’un peu long cependant à démarrer, après une centaine de pages de mise en place des coordonnées géographiques et historiques d’un monde imaginaire.
Au cours d’aventures qui s’enchaînent à un rythme soutenu et qui lui permettent de rencontrer des personnages attachants en même temps qu’ils l’initient à la vie des hommes, le jeune héros découvre les lois humaines, faites de privilèges et de discriminations, de faveurs accordées aux vertueux ou aux bien nés et d’exploitation des plus faibles. En parlant de lui, dans un récit à la première personne qui favorise la complicité, c’est de nous-même que Fitz nous parle, c’est son lecteur qu’il met à l’épreuve. Et la tentation est très grande pour ce lecteur, à l’issue de ce premier tome, de poursuivre la série et d’accompagner le jeune Fitz dans la suite de son parcours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s